l'IVG à Bruxelles - Ixelles

  • Un oubli de pilule, un retard de règles ?
  • Vous pensez que vous êtes enceinte ?
  • Le test de grossesse est positif ?
  • Vous hésitez à poursuivre votre grossesse ?

 

Ne tardez pas à prendre rendez-vous soit chez un médecin, soit dans un centre de planning familial agréé à Bruxelles ou à l'hôpital.
 
Nous attirons votre attention sur le fait qu'il faut qu'un centre soit agréé, sinon le risque existe de payer des sommes exhorbitantes, et de ne pas avoir accès au médicament abortif, la myfégine. Ce dernier n'étant délivré qu'aux Centres de Planning Familial par le milieur hospitalier. Les Centres de Planning Familial agréés par l'INAMI (Institut National de l'Assurance Maladie Invalidité) sont regroupés et référencés au GACEHPA (Groupe d'Action des CEntres Hospitaliers Pratiquant l'Avortement).
 
Lorsque vous bénéficiez de la mutuelle en Belgique le montant maximum que cela peut vous coûter est d'environs 3,54€ (2017), sauf pour pour le statut BIM pour qui c'est gratuit (ex-VIPO). Il convient donc de réfléchir à partir du moment ou l'on vous réclame des montants exhorbitants sans commune mesure avec ce montant.

La décision d'avoir recours à une IVG ou avortement peut être une évidence, mais cette décision peut également être source de questionnements ou de conflits. Venir au planning familial vous permettra de parler avec une personne qui pourra vous aider à vous positionner par rapport à cette grossesse et vous donnera toutes les informations sur l'IVG.
Différentes techniques peuvent être utilisées pour interrompre une grossesse. La plupart des plannings proposent deux méthodes : la méthode de l'aspiration ou la méthode médicamenteuse.

 

 
Les rendez-vous concernant les interruptions de grossesse peuvent se réaliser au Planning les lundis et/ou jeudis.
 

 

Où puis-je m’adresser ?

 
Où puis-je m’adresser ?
 
L’interruption de grossesse doit avoir lieu dans un établissement de soins, un hôpital ou un centre extrahospitalier (centre de planning familial pratiquant des avortements).

Quel que soit l’établissement auquel vous avez recours, il doit pouvoir vous offrir une aide, non seulement sur le plan médical, mais aussi psychologique, social et juridique. Vous pourrez y obtenir des informations adaptées à votre situation personnelle, qu’il s’agisse de contraception, de vos droits ou d’un problème familial. La personne qui vous accueille vous informe de l’aide que vous pouvez recevoir si vous décidez de garder l’enfant ou de le faire adopter. Mais c’est à vous de décider en connaissance de cause.

Aucun médecin n’est obligé d’effectuer une interruption de grossesse. II peut refuser s’il estime que c’est contraire à ses convictions. En ce cas, il doit vous le dire clairement, dès la première visite, pour vous permettre de consulter rapidement un autre médecin.

Néanmoins, tout médecin doit pouvoir répondre à vos questions et vous indiquer les coordonnées des centres hospitaliers ou extrahospitaliers près de chez vous.
 

Je suis enceinte de plus de 12 semaines...

Je suis enceinte de plus de 12 semaines, puis-je encore avoir recours à l’avortement ?

La loi exige alors que d’autres conditions s’ajoutent aux précédentes. L’intervention ne peut avoir lieu que si la grossesse met gravement en danger votre santé ou s’il est certain que l’enfant sera atteint, à la naissance, d’une maladie très grave et incurable. Dans ce cas, votre médecin doit demander l’avis d’un autre médecin, avis qui devra être joint au dossier médical.
En cas de dépassement de la limite des 12 semaines de grossesse, il est possible de s'adresser à un autres pays (Pays-Bas).

Je suis mineure, mes parents seront-ils mis au courant ?

Je suis mineure. Mes parents seront-ils mis au courant ?
 
Le cas particulier des mineures n’est pas précisé par la loi. Si le médecin constate que vous êtes capable de veiller à votre propre santé (« capacité de discernement »), il est tenu au secret professionnel, comme pour tout autre acte médical. Les autres membres du personnel (assistante sociale, psychologue...) sont également tenus au secret professionnel.(FLCPF/cedif)